Des photos accablantes pour les socialistes de Creil circulent sur Facebook.

On y voit leur candidat aux élections législatives, accompagné d’un élu de la majorité municipale, coller sur le visage du candidat Michel Françaix un message grossier, qui indique son âge et qui l’invite à prendre sa retraite.

Le procédé est très laid. Tellement laid que j’y vois la patte du maire de Creil, car je n’ose imaginer qu’un candidat qui fait de son jeune âge le seul argument de sa campagne ait pu de son propre chef recourir à cette méthode que même nos politiques les plus anciens ne pratiquent plus, tant elle révèle chez celui qui en use une bassesse crasse et une vacuité complète en termes de propositions.

Mais puisque le candidat socialiste aux législatives colle ces affichettes, gageons qu’il en assume le contenu. Et puisqu’il est jeune, et donc nécessairement moderne, et donc nécessairement cohérent, peut-être que nous pourrons compter sur lui pour contrecarrer la candidature probable de M. Villemain à sa succession en 2020 ? Eh oui, si mes calculs sont bons, notre bon maire, aux prochaines municipales, aura 72 ans…

Ivre de sa jeunesse, convaincu qu’elle vaut tous les programmes, toutes les compétences, qu’elle pallie toutes les lacunes, notre jeune candidat a utilisé un argument stupide qui risque fort de se retourner contre lui. En effet, soutenir tout haut que M. Françaix doit passer la main non pas à plus compétent que lui, à plus travailleur, à plus efficace, à plus rassembleur, mais juste à plus jeune, l’oblige pour l’avenir. Sous peine d’apparaître duplice et inconséquent, il vient de se condamner à devoir intimer publiquement à son maire – et par ailleurs patron – un départ en retraite à la fin de son mandat. Osera-t-il lui dire qu’il est trop vieux ? Qu’on l’a trop vu ? Qu’il doit céder sa place à un jeune ? A lui par exemple ?

J’ai hâte de voir ça…

Abdelaziz RIFI SAIDI