Catégories
Réactions et Articles

Une cérémonie des vœux pieux…

villemain

Le discours du Maire, lors de la cérémonie des vœux du 7 janvier, n’augure rien de bon pour 2016.

D’ordinaire, les Maires profitent de ces grands-messes pour se répandre en louanges sur leurs réalisations de l’année écoulée et pour annoncer les actions à venir. Beaucoup cherchent même à tout caser, l’important comme l’accessoire, ce qui donne parfois des discours longs et pénibles à subir.

A Creil, le Maire ne pouvait pas tomber dans ce travers du catalogue, l’indigence de son bilan 2015 l’en prémunissait.

Malgré cet « avantage », il a quand même réussi à nous infliger un discours long et pénible…

Toute la soirée, il nous a entretenus de son humeur. Rien sur 2016, rien sur ses projets ou ses ambitions pour la ville, son humeur à lui, c’est tout.

Monsieur est en colère. Pourquoi ? Parce que dans ses vœux 2015, il avait demandé qu’on « rallume les étoiles » et elles sont restées éteintes… Je ne plaisante pas, lisez son discours, il a osé le mettre en ligne sur son blog…

Monsieur est donc en colère. En colère contre les attentats. Très bien. Cette colère est plus que légitime et nous la partageons tous.

Mais de la part d’un Maire, ce que les citoyens attendent, ce n’est pas la simple expression d’une colère fondée, ils attendent aussi que cette colère aille plus loin, qu’elle nourrisse une volonté d’action nouvelle, qu’elle débouche sur des actions concrètes.

Or, dans son propos, rien sur ce registre. Pas un mot sur ce qu’il compte faire pour lutter contre l’appauvrissement de la ville, le chômage, l’insécurité, les incivilités, le communautarisme… Tout ça le laisse apparemment serein. Ce sont du reste des problèmes qu’il a coutume de minimiser, quand il ne nie pas tout bonnement leur existence.

Nous aurions voulu que sa colère le conduise à nous dire : « Je n’ai rien fait en 2015, je n’avais rien prévu non plus pour 2016, mais suite aux drames que nous avons traversés l’année passée, j’ai pris la mesure des périls qui nous guettent. Notre République se délite, se fracture, et, à mon niveau, j’ai contribué à cela. Je veux dorénavant corriger mes erreurs, m’atteler à réparer dans ma ville ce qui peut encore l’être… » C’eût été un bon début, non ?

Au lieu de ça, il a égrainé des vœux faciles, en décalage complet avec la réalité que vivent nos concitoyens. Souhaiter des étoiles dans le ciel, de la fraternité et des bisous n’a pas beaucoup de sens quand on voit l’état de notre ville, avec ses inégalités, ses fractures communautaires, la ghettoïsation de ses quartiers populaires…

Encore une fois, le Maire à choisi la facilité. Des vœux moins vagues, plus proches des problèmes concrets des Creillois l’auraient exposé à devoir proposer des solutions. Alors que là, personne ne songe vraiment à lui demander comment il compte faire pour « rallumer les étoiles… ».

Abdelaziz RIFI SAIDI