Catégories
Réactions et Articles

Ligotez-le avant qu’il ne commette le pire !

creilmaintenantCes derniers temps, la communication municipale prend des allures de feuilleton tragico-burlesque.

Les bourdes s’enchaînent, à intervalle resserré, sans qu’on ne comprenne bien pourquoi.

Certes, depuis l’arrivée de M. Villemain aux affaires, les campagnes de com’ à Creil n’ont jamais été une réussite, c’est le moins que l’on puisse dire.

C’était souvent gris, neutre, sans grande créativité, mais au moins ça passait, l’œil glissait sur les supports sans rencontrer d’accrocs majeurs.

Or, depuis peu, quelque chose s’est détraqué.

D’abord, il y a eu la fameuse campagne : « Ici, on est pas des ordures !», avec son slogan bête, qui a heurté beaucoup de creillois qui n’ont pas compris qu’on ait eu besoin de préciser qu’ils n’étaient pas des ordures…

Première sortie de route.

Ensuite, ce fut cette affiche d’un goût douteux, dont je vous ai entretenu la semaine dernière, sur laquelle figure un chien avec une carte d’électeur à la bouche.

Là, on passait en catégorie mi-lourds !

Enfin, cette semaine, le pompon, des associations et des écoles qui reçoivent dans leur boite aux lettres le journal municipal « Creil Maintenant ! »,  au sein duquel est insérée une carte à l’entête du Maire, signée de sa main et comportant la mention : « Sincères condoléances ».

Stupéfiant, non ?

S’agit-il d’un trait d’esprit pour annoncer avec légèreté la disparition prochaine de la CAC au profit d’une intercommunalité élargie ?

Ce serait plus qu’idiot comme façon de procéder, vous ne trouvez pas ?

En tout cas, moi, cette nouvelle bévue m’a affolé et j’ai cherché à en savoir plus.

La presse locale, cette semaine, m’a livré le fin mot de l’histoire.

En feuilletant le journal, j’ai appris que le candidat porté à bout de bras par M. Villemain pour les prochaines législatives n’était plus au cabinet du Maire, mais désormais chargé du service communication à Creil.

Voilà donc l’explication !

La loi prohibe la candidature aux législatives de ceux qui occupent des postes de cabinet, il fallait donc recycler le candidat ailleurs, lui trouver autre chose, un poste pas trop exigeant, qui n’accapare pas beaucoup et qui s’accomode aisément d’activités extra-professionnelles lourdes, comme une candidature à la députation…

Sauf qu’au lieu de se tenir tranquille, de ne rien faire comme sans doute le Maire l’attendait de lui, il a voulu se mêler de communication…

Résultat, en quelques semaines, déjà trois gaffes retentissantes !

A mon sens, au vu des capacités qu’il vient de démontrer, il y a urgence à le neutraliser…

Le Maire le fera sans doute, il a suffisamment de sujets d’angoisse pour ne pas en rajouter, mais d’un certain point de vue, c’est déjà trop tard, le candidat a montré sa « compétence ».

A lui tout seul, dans un petit service communal bien tranquille, il sème une pagaille inédite.

Imaginez-le avec les moyens attachés à la fonction de député ? Imaginez le type de déflagration médiatique qu’il pourrait déclencher ? Imaginez la risée qu’il pourrait faire de nous au niveau national ?

Rien que d’y penser, j’en frissonne pour Creil…

Abdelaziz RIFI SAIDI