La communication en politique, lorsqu’elle est bien maîtrisée, est un exercice sain qui permet d’éclairer les citoyens sur l’action de leurs élus.

Mais elle peut également être dévoyée dans le but de masquer des échecs, une incurie ou une baisse de popularité, en trompant les électeurs.

Ces méthodes de communication de l’ancien monde, le maire sortant les affectionne tout particulièrement.

 

En voici quelques exemples :

L’art de s’attribuer des mérites que l’on n’a pas…

– Creil a été désignée Zone de Sécurité Prioritaire et reçoit le renfort de la nouvelle Police de Sécurité du Quotidien ? Le maire sortant n’y est strictement pour rien mais intègre ces deux décisions gouvernementales à l’actif de son bilan de mi-mandat…

– Creil fait partie des 222 communes choisies par l’Etat pour bénéficier du plan « Action cœur de ville » visant à aider à la redynamisation des centres villes ? Le maire sortant n’a eu pour seul mérite que d’avoir envoyé une lettre de candidature mais se vante d’avoir fait preuve de « persévérance » en étant allé frapper à toutes les portes…

– Le Ministère des Armées souhaite réhabiliter une partie de la base aérienne pour en faire un « Intelligence campus » ? Le maire sortant n’y est strictement pour rien mais intègre ce projet gouvernemental avant même qu’il ne soit validé (projet qui a d’ailleurs été finalement abandonné…) à l’actif de son bilan de mi-mandat…

– Les opérations de rénovation urbaine dont bénéficie notre ville depuis des années et dont se gargarise le Maire sortant en répétant à l’envie que « Creil change ! » ? Elles ont été décidées et financées par l’Etat suite à la candidature de la ville sous le mandat de Christian GRIMBERT.

Mais le maire sortant les met, là-encore, à l’actif de son bilan. Un comble, quand on sait qu’au lieu d’accompagner passivement et intelligemment ces opérations de renouvellement urbain, M. VILLEMAIN, par ses interventions intempestives et politiciennes, les a retardées ! (PRU Henri DUNANT)

L’art de victimiser ou de se victimiser…

– Des slogans hostiles au maire sortant et à sa politique fleurissent sur les murs de la ville ? Il ne s’agit que d’une manipulation de l’opposition, comme si toute expression hostile émanant de citoyens (même au travers de tags inacceptables) était impensable…

– Nous dénonçons, comme il est de notre devoir, les échecs de la politique du Maire sortant en matière de propreté des rues, de voirie, de gestion du budget et du personnel… ? Il nous accuse de stigmatiser le personnel municipal, feignant d’oublier que ce dernier ne fait que mettre en œuvre sa politique…

– La Chambre Régionale des Comptes, réputée pour sa compétence et son indépendance, publie un rapport accablant sur la gestion du maire sortant ? Ce dernier se défausse de sa responsabilité en reprochant à mots à peine couverts les commissaires-enquêteurs de mal faire leur travail…

– Mais la plus pathétique des ficelles du Maire sortant est celle qui consiste à inventer des rumeurs sur son état de santé en les attribuant à ses opposants, dans l’espoir que les Creillois s’apitoient sur son sort…

Tous ces artifices de communication éculés ne sauraient leurrer les Creillois qui ont compris que leur ville était arrivée à la fin d’un cycle, et que l’heure du renouvellement (des pratiques et du personnel politiques) avait sonné.

Les seules réalisations du Maire sortant, dont on comprend qu’il refuse de s’en vanter, sont ses investissements coûteux et improbables (ronds-points qui ne tournent pas rond,piscine à 11,3 millions d’euros, dos d’âne dangereux…), sa politique communautariste et clientéliste, sa gestion catastrophique et inique du personnel municipal !

Nous invitons tous les Creillois avides de changement à nous rejoindre afin de faire en sorte que 2020 sonne enfin le glas de l’ère Villemain !

GENERATION CREIL