pompier

Avec l’arrivée de l’été et du soleil, la pagaille et le désordre ont de nouveau gagné les quartiers du haut de Creil : barbecues sauvages, ventes à la sauvette, ouvertures des bouches à incendie, motos et quads déambulant sur l’espace piétonnier, violences contre le personnel des chantiers, etc.

Cette situation explosive a obligé le Maire à réagir. D’abord timidement, via la diffusion d’une affiche, puis via la publication d’un communiqué sur son blog.

Comme à son habitude, le Maire s’est empressé de réagir mais pas d’agir : aucune action concrète et significative n’a été annoncée aux Creillois pour lutter contre ces fléaux qui pourrissent leur quotidien !

Seul un message puéril leur a été adressé : « ce n’est pas ma faute, c’est la faute des autres » (en l’occurrence celle du Préfet). Circulez, y’a rien à voir !

Pourtant, il suffit de remonter quelques années en arrière pour comprendre que c’est le Maire lui-même qui est responsable de cette situation.

Qui, si ce n’est le Maire, a fait preuve de laxisme voire de complaisance envers certains commerçants affidés qui ont introduit cette pratique illégale des barbecues sauvages,  il y a quelques années déjà ?

Dans son communiqué, le Maire dénonce également les violences contre les chantiers de rénovation. Là encore, quel culot ! Comment ne pas se remémorer les violences dont avaient déjà été victimes les ouvriers du chantier de la Martinique, en juillet 2014, du fait de promesses électorales non-honorées du candidat Villemain ? (cliquez ici pour lire l’article depuis sa source)

La réalité est que ces incivilités, que les habitants vivent au quotidien, ne sont que la face émergée des conséquences résultant de la gestion chaotique et clientéliste de notre ville.

Que dire de ces « camions restaurants » qui ont poussé comme des champignons  dans tous les quartiers du haut de la ville au lendemain de l’élection municipale de 2014 ?

Que dire des déboires judiciaires entourant le nouveau centre commercial Dunant, pierre angulaire du projet de rénovation du quartier ? (cliquez ici pour lire l’article depuis sa source)

Que dire de la gestion calamiteuse des centres d’affaires de la SEMEISO, en faillite, qui est devenu un véritable gouffre financier pour la ville ? (cliquez ici pour lire l’article depuis sa source)

Que dire de la gestion anarchique des marchés qui a valu à la municipalité d’être épinglée par la Fédération Nationale des Marchés de France ? (cliquez ici pour lire l’article depuis sa source)

Que dire de ces achats de locaux commerciaux invendables pour des montants astronomiques ? (cliquez ici pour lire l’article depuis sa source)

Que dire de la gestion opaque des logements de fonction de la ville ? (cliquez ici pour lire l’article depuis sa source)

Que dire de ces problèmes quotidiens de collecte d’ordures ménagères, véritable fléau sanitaire, dont le ramassage peut durer des semaines ? (cliquez ici pour lire l’article depuis sa source)

La démocratie nous impose d’être dirigés encore quelques années par un Maire sectaire, bien plus occupé à préparer ses réélections successives qu’à s’occuper des nombreuses problématiques de notre ville, et qui n’a malheureusement pas le courage de prendre ses responsabilités !

Hicham BOULHAMANE