Parisien_07_07_2014«Certains ont cru bon d’activer des ressorts qui ont eu pour effet d’exciter des jeunes en manque de repères. On en voit aujourd’hui le résultat.»  Jean-Claude VILLEMAIN, maire de Creil, dans Le Parisien du 07/07/14 (Voir ci contre)

L’article relatait que les ouvriers du chantier de la rénovation urbaine (quartier Rouher) avaient exercé leur droit de retrait pour avoir été à deux reprises l’objet de menaces et d’insultes.

Le maire avance l’hypothèse que les auteurs de ces faits, dont il nous a dit connaître les noms au dernier conseil municipal de Creil, « mettaient la pression pour obtenir quelque chose ».

Génération Creil déplore bien évidemment ces actes délictueux et condamne tout acte qui s’attaque aux biens ou aux personnes.

Ceci étant posé, cela fait trois fois que le maire par organe de presse ou au conseil municipal tient le même discours et dit explicitement que ces actes sont directement liés aux dernières municipales.

Le journaliste, dans ce dernier article, relate « qu’il ( le maire) croit déceler l’influence de certains de ses concurrents aux récentes élections municipales. »

Cela renvoie de façon directe au tract haineux diffusé entre les deux tours par les candidats de l’actuelle majorité au conseil municipal et qualifiant leurs adversaires (en l’occurrence et de façon très claire Génération Creil) de liste communautariste, faite de « voyous ».

Il s’agit dans les deux cas de propos injurieux et diffamatoires et d’allégations infondées, que diffuse Monsieur le Maire sans nommer ceux dont il parle mais en donnant suffisamment d’éléments pour que chacun puisse savoir à qui il fait allusion.

Ce n’est ni digne d’un premier édile qui doit retenir sa parole car il n’est pas chef de clan et est garant de l’union, ni d’un homme qui s’est targué au dernier conseil municipal de ne se référer qu’à la Loi.

En outre, il y a une façon toute simple de faire cesser toute polémique sur les embauches post électorales, et c’est en rendant publique périodiquement la liste des personnes qui ont obtenu un emploi à la Mairie. Chacun pourra ainsi se rendre compte si le fait d’avoir-ou pas- fait campagne aux côtés de l’équipe gagnante est prépondérant pour être-ou pas- embauché à la mairie.

Dans beaucoup de collectivités, les embauches font l’objet d’une communication dans les journaux du personnel, voire d’un petit article présentant les nouveaux aux collègues déjà en place.

Cette liste couperait court à tout délit de favoritisme ou d’allégation d’embauches par promesse pré-électorale.

Il est un proverbe picard qui dit «  la poule qui chante a fait l’œuf »

En l’occurrence, il semble que Monsieur Le Maire, quand il rend responsable d’autres personnes du mauvais climat qui règne actuellement autour du chantier de la rénovation ne s’attaque qu’à son propre reflet dans le miroir.

Isabelle MAUPIN

One Response to La poule qui chante a fait l’œuf.

  • Nous connaissons la vérité aujourd’hui concernant les problèmes du Plateau Rouher entre la Mairie de Creil et les jeunes de ce quartier voir de Creil.Ceux sont les promesses de Jean-Claude Villemain en période électorale Mars 2014 qui se sont envolées.J’invite les membres de Génération Creil à prendre connaissance des déclarations de « Oise Habitat » bailleur social en la personne de son Directeur Général Bernard Domart  » Le Maire exige l’embauche de trois jeunes sur nos chantiers de rénovation urbaine cela va trop loin »Le¨Parisien du Mardi 15 Juillet 2014 n°21724