S’il était honnête, c’est en ces termes que le Maire de Creil aurait débuté son discours des vœux, car le principal responsable de la fermeture prochaine de la maternité de Creil, c’est lui !

Au lieu de cela, il a égrené à la tribune des responsabilités secondaires, en omettant soigneusement la sienne, la plus lourde.

Faut-il lui rappeler que les deux voix de majorité qui ont permis la fusion des hôpitaux de Creil et Senlis sont la sienne et celle de son adjointe, Madame Carlier ? Et que c’est de cette fusion que découle aujourd’hui la fermeture de la maternité ?

C’est inutile, il le sait.

Mais il espère que les creillois auront la mémoire courte et qu’avec quelques postures et  deux trois déclarations, il pourra gommer de leur esprit le rôle funeste qu’il a joué dans ce grand fiasco.

C’est probablement ce qui explique le numéro grotesque qu’il nous a servi lors de la cérémonie des vœux.

Il a dû se dire qu’en vociférant un peu, en accusant dans tous les sens, en moulinant des bras à la tribune, il pourrait apparaître aux yeux du public comme le défenseur ardent de la maternité et faire oublier qu’il en est le principal fossoyeur…

Quelle supercherie !

Et que dire du reste de son discours ? Tous les poncifs de l’extrême gauche populiste et démago y sont passés. On se serait cru à l’époque soviétique…

Ce sont là sans doute les métastases d’une fréquentation trop longue des pseudos-communistes du bassin  Creillois. 

M. Villemain ne parle plus que de blocage, d’action coup de poing, de rapport de force, il prend des arrêtés absurdes contre l’État, abat des sangliers dans la ville sans autorisation préfectorale… Bref, il se conduit comme un ado fanatique et irresponsable alors qu’il est le premier magistrat d’une commune de 35000 habitants.

Il faudrait de toute urgence que les gens raisonnables dans son entourage se chargent de le ramener à la raison et à la responsabilité, car dans sa dérive populiste, il risque de les entraîner à sa suite non pas vers le grand soir, mais en garde à vue…

Génération Creil