Catégories
Édito Hebdomadaire du candidat Hicham BOULHAMANE

Édito 15 (Semaine du 03 mars 2014)

EditoA SITUATION DÉSESPÉRÉE, MESURE DÉSESPÉRÉE…

En recevant Claude Bartolone lundi dernier, le candidat Villemain a sans aucun doute brûlé sa dernière cartouche !

Depuis le début de sa campagne laborieuse, le candidat PS enchaîne les loupés : scandale sur les conditions de location et d’occupation de son local de campagne, apologie improbable de son bilan qui ne rencontre qu’indifférence, organisation de réunions publiques qui ne rassemblent que des militants socialistes, création d’un comité de soutien dont une bonne partie des noms a été extorquée…

Acculé au terme de cette suite terrible d’échecs, le maire sortant a fini par appeler au secours le PS national qui a vite compris qu’à Creil, leur candidat est en passe de perdre l’un des plus vieux bastions socialistes.

D’urgence, « Solférino » mobilise donc un poids lourd de la politique, Claude Bartolone, le Président de l’Assemblée nationale, 4ème personnage de l’État (et non le 3ème comme le prétend M. Villemain dans son discours…) pour sauver son candidat. Bel aveu de faiblesse !

Pour accueillir cet invité prestigieux, le maire sortant a mis les moyens et soigné la mise en scène : on a mis la poussière sous les tapis, rafraîchi quelques murs, repeint quelques marquages au sol, un peu comme dans certaines républiques bananières au passage d’un dignitaire du régime…

Pourtant, là encore, ce fut un ratage complet.

A peine arrivé sur le Plateau Rouher, M. Villemain est apostrophé, chahuté, sifflé… et cela en présence de M. Bartolone ! Quelle humiliation !

Touché au vif, il s’émeut de ce mauvais traitement sur son site de campagne. Il dit que ceux qui ont fait ça ont « dégradé l’image de Creil… »

Mais pouvait-il s’attendre à autre chose ? Alors que depuis six ans, on ne l’a pratiquement pas vu sur les hauteurs de la ville et que les habitants sont laissés à leurs problèmes, voilà qu’il décide de les narguer en paradant en pleine après-midi, tout sourire, avec son invité ! Comment voulait-il que les habitants réagissent ?

Si on ne peut que regretter les incidents qui ont accompagné la balade du Président de l’Assemblée nationale à Creil, on doit aussi rappeler que les Creillois en ont assez. Ils se moquent d’être visités par telle ou telle « célébrité » politique. Ce qu’ils veulent, c’est que l’on s’attelle à leurs problèmes.

Le candidat Villemain n’a pas compris cela, et je crois qu’il ne le comprendra jamais !

A lundi prochain !

 Hicham BOULHAMANE